Le Paternel : une affaire de famille

DSC_0067Créé à Cassis en 1951 le Domaine du Paternel produit un vin labélisé AOC (Appellation d’Origine Contrôlée). Jean-Pierre Santini arrive au domaine en 1962 et c’est aujourd’hui trois de ses enfants Olivier, Jean-Christophe et Laetitia qui en prennent soin.

Bon allez, on envoie les chiffres ! Le Paternel, c’est 50 hectares de vignes, environ 250000 bouteilles par an et huit employés. Il faut dire que c’est du boulot ! Parce que lorsqu’on boit son petit blanc à la terrasse d’un café en grignotant quelques olives, on ne sait pas forcément tout le travail qui se cache derrière.

Le Domaine produit 65% de blanc, 30% de rosé et 5% de rouge. Et ici, pas question de machines pour ramasser le raisin, tout se fait à la main et avec amour s’il vous plait ! Il faut être très précautionneux lors des vendanges car il n’y a pas de tri après la récolte. La sélection se fait au moment où l’on coupe les grappes. DSC_0044

Acheminé dans de petites caisses, le raisin part en direction de l’égrappoir pour enlever les grains puis au pressoir pour extraire le maximum de jus avec un minimum d’impureté.

Le jus est ensuite transféré via un tuyau, du pressoir à la cuve de débourbage où il décante à environ 15°. La durée de l’opération dépend de l’intensité du froid mais varie en général de 12 à 36 heures. C’est après ce travail que l’on enlève les impuretés déposées au fond de la cuve grâce à un robinet. Le jus est alors prêt à être transformé en alcool, pendant la fermentation qui dure environ un mois. Bien sûr, il faut le goûter tous les matins avant d’aller à la vigne afin d’observer la bonne évolution du processus (un conseil : le vin du matin ne remplace pas le café !).

DSC_0051 La dernière étape c’est l’assemblage. On compose un vin de plusieurs cépages (cépage = variété pour les nuls !). Au Domaine du Paternel on cultive 5 cépages pour le blanc, 2 pour le rosé et 2 pour le rouge.

Pour des récoltes de fin août à mi-septembre, la première mise en bouteille du blanc et du rosé se fait vers le mois de février, mais il faut attendre jusqu’à un an pour le rouge.

En apéritif, avec un bon poisson grillé ou une grosse côte de bœuf, chacun trouvera un vin qui lui correspond. C’est dans les sols d’argile et de calcaire, sous le soleil de la Méditerranée et au pied de la Couronne de Charlemagne que les vignes vont puiser l’eau pour « exprimer toutes les richesses de notre terroir ».

Ah oui ! Et bien sûr, à consommer avec modération… DSC_0026

Y aller :

Domaine du Paternel, 11 route Pierre Imbert, 13260 Cassis

Contacter le domaine : 04 42 01 77 03 ou contact@domainedupaternel.com

À la découverte de l’Est crétois

La Crète, terre sauvage avec ses montagnes se jetant directement dans la mer, propose des paysages extraordinaires. Pour en profiter au maximum, il est prudent de se focaliser seulement sur une partie de l’île.

Le petit port de Sitia

Le petit port de Sitia

Nom de Zeus ! Bienvenue sur l’île où le roi des dieux grecs est né ! La Crète qui s’étend sur plus de 260km d’est en ouest est très montagneuse et l’on a vite fait de multiplier les kilomètres au moindre déplacement. Alors embarquement immédiat pour l’est crétois, plus sauvage et moins touristique que son opposé.

La meilleure option pour les aventuriers est encore de louer une voiture pour aller à son rythme, mais attention car les routes sont souvent sinueuses et en mauvais état. Autre solution : s’inscrire aux nombreuses excursions proposées, à condition toutefois d’éviter les pièges à touristes où l’on passe plus de temps entassé dans un bus qu’à visiter les lieux.

Il faut prévoir un sérieux budget pour les travaux !

Il faut prévoir un sérieux budget pour les travaux !

Thierry, un français installé en Crète depuis plus de dix ans tient une petite boutique sur le port de Sitia. Vous pourrez profiter d’une balade guidée pour environ 60€. Ce professionnel du tourisme vous fera découvrir des endroits magnifiques que vous peineriez sans doute à trouver seul. Partir en 4×4 au milieu des champs d’oliviers, visiter les villages typiques nichés au creux des montagnes pour atterrir quelques kilomètres plus loin sur une plage aux falaises d’argile, n’est pas chose aisée lorsque l’on n’est pas du coin !

Une des plages de rêve de l'île de Chrissi

Une des plages de rêve de l’île de Chrissi

Sur place, ne manquez pas la fameuse Vallée des Morts qui relie les villages de Zakros et Kato Zakros. Elle a été nommée ainsi car on y a découvert de nombreux tombeaux antiques. Vous pourrez facilement les observer car ils forment d’énormes trous dans la roche tout le long de la vallée. Des centaines de lauriers roses, des chèvres sauvages, des oiseaux ainsi qu’une multitude de petits cours d’eau rendront cette balade féérique. Il faut compter environ 3h de marche (en prenant son temps) et le niveau est plutôt facile.

La Vallée des Morts

La Vallée des Morts

Pour terminer votre voyage en beauté, il est indispensable de passer par l’île de Chrissi, au sud-est de la Crète, à environ 12km des côtes. On y accède grâce à un bateau-navette qui part de Ierapietra. L’île est inhabitée et ses plages parsemées de coquillages, ses eaux cristallines et sa forêt de cèdres en font aujourd’hui un site protégé, désormais reconnu comme parc naturel. Vous ne pourrez malheureusement pas y rester plus d’une journée, alors ouvrez grand les yeux !

Prenez le large !

Prenez le large !